Viabilité hivernale - conditions de circulation

Vigilance orange canicule

> Voir l'article

VIABILITE HIVERNALE

Définition de la viabilité hivernale

La viabilité hivernale s’inscrit dans le cadre de la surveillance du réseau routier et des interventions qui en découlent, comme les opérations préventives de patrouillage ou curatives de salage à titre d’exemples, activités incombant au gestionnaire de voirie compétent. Toutes les routes ne pouvant être surveillées et traitées ni de la même manière, ni dans les mêmes délais, les gestionnaires de réseau routier fixent des priorités d’intervention. L’objectif recherché est le maintien ou le rétablissement de conditions de circulation satisfaisantes du point de vue de la sécurité des usagers de la route. La viabilité hivernale démarre mi-novembre et finit mi-mars (période variable selon les départements et selon les gestionnaires).

> Plaquette viabilite hivernale 2015-2016 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,69 Mb

Conseils pour bien circuler en hiver 

La viabilité hivernale est l’affaire de tous. Les citoyens doivent s’informer et adopter des attitudes responsables afin de ne pas prendre de risques ni de compliquer ou d’aggraver la situation. Les conseils varient en fonction des conditions de conduite hivernale définies dans le tableau suivant :

conditions_conduite

Dix conseils de la sécurité routière pour traverser la période hivernale :

1) Consulter les prévisions météorologiques et de circulation: Avant de partir, il est indispensable de bien s’informer sur les conditions de trafic et sur les conditions météorologiques.

2) Vérifier la pression des 4 pneus: En hiver, la pression des 4 pneus doit être vérifiée « à froid » car celle-ci varie en fonction de la température extérieure. Plus la température est basse, plus la pression mesurée est faible. Il convient de rajouter 0,2 bar à froid à la pression recommandée.

3) Privilégier les pneus hiver: Dès que la température moyenne est inférieure à 7°C, il est conseillé d’utiliser des pneus hiver. Adaptées à toutes les conditions hivernales, leur gomme plus tendre et leurs sculptures plus profondes, améliorent l’adhérence et le freinage. Il est indispensable d’équiper les 4 roues afin de conserver un niveau d’adhérence similaire à l’avant et à l’arrière. Les pneus à clous ou à crampons peuvent être montés dès la mi-octobre et démontés vers la mi-mars. La vitesse de ces véhicules ainsi équipés est limitée à 90 km/h.

4) En montagne, mettre des chaînes: Les chaînes à neige sont autorisées sur les routes enneigées. Elles sont obligatoires sur certains axes routiers. Les chaînes modifient la conduite. Il est conseillé de réduire fortement sa vitesse et de ne pas dépasser 50 km/h. Il est prudent de faire un essai de montage avant le départ. Il est indispensable de se garer à l’écart de la chaussée pour le montage (sur autoroute, il ne faut en aucun cas pratiquer cette opération sur la bande d’arrêt d’urgence).

5) Tester les éléments sensibles au froid: La batterie, le système d’allumage et d’alimentation sont des éléments sensibles au froid qu’il convient de faire tester avant de prendre la route. Il faut vérifier également le niveau du liquide lave glace antigel et la qualité des balais d’essuie-glace qui se dégradent encore plus sous l’effet du givre.

6) Emporter un « kit de survie » au froid: Circuler en cas de températures négatives c’est s’exposer à un certain nombre de situations difficiles en cas d’arrêt forcé. Il est donc très sage d’avoir avec soi des accessoires complémentaires qui peuvent s’avérer fort utiles : une raclette pour gratter un pare-brise givré, un chiffon pour nettoyer des vitres embuées et des phares souillés, des ampoules de rechange, une lampe de poche, des vêtements chauds, une couverture de survie, de la nourriture et de l’eau en quantité en cas d’immobilisation prolongée.

7) Bien voir et être bien vu: En hiver, quelle que soit l’heure de la journée, la luminosité est globalement plus faible et la perception de l’environnement plus difficile. Il faut donc être particulièrement attentif aux usagers vulnérables (conducteurs de bicyclette, souvent mal éclairés, conducteurs de deux-roues motorisés ou piétons généralement vêtus de sombre en cette saison). Si la visibilité est inférieure à 50 mètres, la vitesse ne doit pas excéder 50 km/h, quel que soit l’état de la chaussée. Il convient également d’allumer les feux de croisement dès que la luminosité est insuffisante pour être bien vu par les autres usagers.

8) Allonger les temps de parcours: Par temps de grand froid, Il faut rouler lentement et donc prévoir plus de temps pour se déplacer.

9) Allonger les distances de sécurité et adopter une conduite souple: Sur chaussée glissante, il ne faut pas hésiter à allonger de façon significative les distances de sécurité. Les dépassements intempestifs, les accélérations soudaines ou les freinages brusques sont autant de risques de perte de contrôle du véhicule en cas de verglas.

10) Ne jamais dépasser un engin de service hivernal en action: Le dépassement d’un engin de service hivernal en action est interdit à tout véhicule motorisé.

> Plaquette sur les bons réflexes pour circuler en hiver - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,16 Mb

Conditions de circulation 

Pour connaître les conditions de circulation sur le réseau des différentes gestionnaires du département de l’Yonne, consultez leur site internet respectif aux adresses mails suivantes :

Par ailleurs, les opérations de viabilité hivernale sur les voies communales ou communautaires (ainsi que les lieux publics), sont respectivement à la charge des personnels de la commune ou de l’intercommunalité.

Les sites et médias d’information