L'Yonne en bref

 
 
La Fosse Dionne à Tonnerre

La Fosse Dionne à Tonnerre

D’accès facile et rapide, par les autoroutes ou en train, le département de l’Yonne est un trait d’union entre Paris et la Bourgogne. Sa situation géographique privilégiée, ses régions naturelles authentiques, ses villes d’art, ses sites prestigieux (Vézelay et Chablis) en font une destination privilégiée pour se ressourcer et profiter d’un art de vivre très bourguignon.

Avec 342 510 habitants au 1er janvier 2013, l’Yonne regroupe 21 % de la population régionale. Entre 1999 et 2009, l’Yonne a gagné 9 800 habitants. La croissance de la population, de 0,3 % par an, est due à l’excédent migratoire : les arrivées dans le département sont plus nombreuses que les départs. (Source : INSEEInstitut national de la statistique et des études économiques, Recensement de la population)

Le découpage administratif :

  • 355 communes
  • 42 cantons
  • 3 arrondissements : Auxerre, Avallon et Sens

Son climat :

Le climat y est contrasté à l’interférences de trois types d’influences climatiques : atlantique, continentale et méditerranéenne. L'Yonne est sous l’emprise fondamentale de l’influence océanique atlantique. Cependant, la continentalité s’exprime également en atténuant l’humidité et la douceur des masses d’air et se fait sentir dans le Nord-Est du département. Du fait de la diversité géographique, le climat varie entre le nord et le sud du département.

Son territoire :

Les régions naturelles du territoire de l’Yonne correspondent à des affleurements géologiques différents.En effet, le département de l’Yonne se situe en grande partie dans le bassin parisien où se sont accumulées au cours de l’ère secondaire et de l’ère tertiaire des roches sédimentaires variées. Celles-ci affleurent en auréoles concentriques, les plus anciennes se situant au sud du département (plateaux calcaires en bleu) et les plus récentes au nord (Gatinais, champagne crayeuse, Puisaye en vert). Seul l’extrême sud du département n’appartient pas au bassin parisien mais au vieux massif primaire du Morvan constitué de roches cristallines.

Auxerre_01

Auxerre (photo : P. Giraud)

Autour d’Auxerre, capitale davantage administrative qu’économique, les coteaux de l’Auxerrois bordent le cours moyen de l’Yonne et incluent tous les vignobles icaunais, dont le célèbre Chablis, et des productions céréalières sur des sols relativement pauvres. L’industrie n’est présente que par des unités petites et moyennes. Bien desservie par l’autoroute A6, à moins de deux heures de Paris, Auxerre est pénalisée par sa desserte ferroviaire (rupture à Laroche - Migennes), des structures d’enseignement supérieur limitées, et un certain éloignement de la capitale régionale. Parmi les aires urbaines bourguignonnes, l’aire urbaine auxerroise est l’une des plus tertiaires et des moins industrielles.La ville d’Auxerre possède cependant de sérieux atouts touristiques (monuments, centre ancien, activité fluviale, vignobles, et abbatiale de Pontigny située à 15 minutes.).

Au nord d’Auxerre, se trouve Joigny vieille cité sur l’Yonne, et Migennes, ancien centre ferroviaire.

En Puisaye, petite région de bocage et d’étangs entre Yonne et Loire, située à moins de deux heures de Paris, le déclin agricole a été largement compensé par l’essor des résidences secondaires dans ce cadre naturel très préservé. Monuments et sites, traditions artisanale et artistique (grès et poteries, chateau de Guedelon), dynamisent ce pays qui bénéficie de surcroit, de chefs-lieux très animés (Saint-Fargeau, Toucy, Bléneau, Charny...)qui lui assurent notoriété et prospérité.

Le Sénonais, limitrophe du bassin parisien au nord et du Gâtinais à l’ouest, est la région la plus dynamique du département, avec un élan démographique nouveau, dû à de nombreuses installations de jeunes, qui y trouvent des constructions accessibles. Sens, vieille cité archi-épiscopale et capitale céréalière et meunière, allie une vraie dynamique commerciale à tous les problèmes liés à la présence d’un habitat social important qui a accueilli de nombreuses familles immigrées. Bien desservi par le train et carrefour autoroutier à une heure de Paris, le Sénonais s’est organisé avec succès pour accueillir de grandes implantations de logistique industrielle (Renault) ou de distribution alimentaire.

Le taux de chômage y est faible, et l’économie agricole, fondée sur la grande culture céréalière et la meunerie, atteint un niveau élevé de prospérité grâce à un marché mondial très porteur. Le fleuve Yonne, après un long déclin, se rouvre au trafic fluvial, grâce à des investissements importants.

Le Tonnerrois est le secteur le moins favorisé du département. Bourguignon mais aussi Champenois au nord, il bénéfice pourtant d’un patrimoine architectural de qualité (châteaux d’Ancy-le-Franc, de Tanlay et de Maulnes, centre historique de Tonnerre..) dans la paisible vallée de l’Armançon.

Cours d'eau du Morvan

Cours d'eau du Morvan

La région d’Avallon, proche de la Bourgogne et du Morvan, se consacre pour l’essentiel à l’élevage et au tourisme. L’aire urbaine d’Avallon est peu peuplée (300ème rang national sur 354 avec 39 habitants au km2, soit la plus faible densité des 15 aires urbaines bourguignonnes). Elle dispose d’une forte proportion de résidences secondaires. Avallon est une petite cité historique et touristique et un centre commercial et industriel prospère (pneus, construction mécanique...).

Le grand site de Vézelay, classé au patrimoine de l’humanité par l’UNESCOUnited nations educational, scientific and cultural organisation Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture, attire des touristes du monde entier, et renforce son offre culturelle, appuyée sur les sites naturels exceptionnels du Parc régional du Morvan, très fréquentés à la belle saison.